Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Rathsamhausen : la poésie d’ Adelbert von Chamisso

1 Avril 2018 , Rédigé par PiP vélodidacte Publié dans #anecdote, #chateau, #personnage

Adelbert von Chamisso est un écrivain et botaniste franco-allemand. Adelbert est né près de Chalons en Champagne, peu avant la Révolution Française. Sa famille s’est réfugiée en Allemagne.

Adelbert se définissait ainsi.
« Ma patrie : je suis français en Allemagne et allemand en France, catholique chez les protestants, protestant chez les catholiques, philosophe chez les gens religieux et cagot chez les gens sans préjugés ; homme du monde chez les savants, et pédant dans le monde, jacobin chez les aristocrates, et chez les démocrates un noble, un homme de l’Ancien Régime, etc. Je ne suis nulle part de mise, je suis partout étranger – je voudrais trop étreindre, tout m’échappe. Je suis malheureux. »

Poète, Adelbert rédige ses poèmes en allemand.
Voici une petite poésie, retrouvée par le plus grand des hasards dans un vieux grimoire. Elle est dédiée à notre château de Rathsamhausen.

Ratzamhausen ist im Elsaß der Sage wohl bekannt,
Die Höhe, wo vor Zeiten die Burg der Herren stand;
Sie selbst ist nun verfallen, die Stätte wüst und leer,
Du fragest nach den Herren, du findest sie nicht mehr.
Einst kam das Ratzam-Fräulein aus jener Burg hervor,
Erging sich sonder Wartung und spielend vor dem Thor
Und stieg hinab den Abhang bis in das Thal hinein,
Neugierig zu erkunden, wie’s unten möchte sein.

Mit wen’gen raschen Schritten durchkreuzte sie den Wald,
Erreichte gegen Ottrott das Land der Menschen bald,
Und Städte dort und Dörfer und das bestellte Feld
Erschienen ihren Augen gar eine fremde Welt.

Ah ! que nous serions heureux de lire nos châteaux, chantés par un tel poète!

Hélas, trois fois hélas, nous sommes le premier avril… et si la poésie d’Adelbert est bien réelle, la version proposée est un rien ‘adaptée’. En fait, le poème de Chamisso concerne les châteaux du Nideck dans la vallée de la Hasel. Il raconte la légende des géants qui habitaient les châteaux.

Nous l’avons détourné pour vous faire sourire.

Nous souhaitons à tous un beau mois d’avril.

Merci à Alain qui m'a proposé cette idée de poisson d'avril...

 

Rathsamhausen : la poésie d’ Adelbert von Chamisso
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article