Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Sur les traces du Duc d’Enghien

29 Octobre 2018 , Rédigé par PiP vélodidacte Publié dans #anecdote, #personnage

Voici quelques temps, j’ai du quitter mes chères Vosges pour passer plusieurs jours à Paris. Une semaine sans mes châteaux, c’était une gageure ! Alors, pour tenir le coup, je suis allé passer quelques heures dans le donjon de Vincennes. Magnifique !
Dans l’oratoire de la Sainte-Chapelle de Vincennes, se dresse l’imposant tombeau du Duc d’Enghien. C’est l’occasion de faire un lien entre le donjon de Charles IV et la petite ville d’Ettenheim, à deux pas du Mont Sainte-Odile.

Le Château et le Donjon de Vincennes, et nos châteaux d’Ottrott

Louis VII aménage un petit pavillon de chasse dans la forêt de Vincennes (1150). Philippe Auguste en fait une résidence royale. A cette même époque, Conrad de Lutzelbourg construit le premier château de pierre au-dessus d’Ottrott. Celui que nous appelons aujourd’hui le Vieux Lutzelbourg.
Le Donjon de Vincennes est érigé à partir de 1337 par Philippe VI de Valois qui y garde le Trésor Royal et en fait le siège de l’administration royale. A cette époque, à Ottrott, le Vieux Lutzelbourg a déjà brûlé. Il a été remplacé par le Rathsamhausen. Le château du Lutzelbourg est venu compléter le site d’Ottrott.
La Sainte-Chapelle de Vincennes a été achevée vers 1380, elle a reçu un temps les reliques de la Couronne d’Epine. Pendant ce temps, les Grandes Compagnies, supplétifs de l’armée du Roi de France, dévastent l’Alsace. Le château de Lutzelbourg serait incendié.
Voici quelques images du Donjon de Vincennes aujourd’hui.

 

Le donjon de Vincennes
Le donjon de Vincennes
Le donjon de Vincennes
Le donjon de Vincennes

Le donjon de Vincennes

Et voici une illustration extraite des Très Riches Heures du Duc de Berry, qui montre le Château alors qu’il possédait encore toutes ses tours. (arasées sous Napoléon)

Très Riches Heures du Duc de Berry, mois de Novembre

Très Riches Heures du Duc de Berry, mois de Novembre

Si vous avez l’occasion, allez donc visiter le Donjon de Vincennes. La construction est en excellent état et parfaitement mise en valeur, riche de mille détails de l’architecture des châteaux forts.
Et maintenant, nous sautons quelques siècles pour assister à la mort du Duc d’Enghien dans les fossés du château en 1804.

Le Complot de Cadoudal contre le premier Consul, Napoléon Bonaparte

Nous sommes en 1803, le pouvoir de Napoléon est encore fortement discuté. Les complots et les tentatives d’attentats contre le Premier Consul se multiplient. Les Royalistes et les Anglais sont l’âme de ces actions. La plus importante de ces entreprises est menée par le chef chouan Georges Cadoudal. Il forme le projet d’enlever, peut-être même d’assassiner Bonaparte ! La conspiration est déjouée… La police recherche les différents protagonistes. Le général Pichegru et le général Moreau sont impliqués. Selon les informateurs, un prince du sang devait rejoindre Cadoudal… Le Duc de Paulignac ? le Comte d’Artois ? on ne sait vraiment… Talleyrand persuade Bonaparte qu’il s’agit du Duc d’Enghien, petit-fils du Prince de Condé.
Sur ordre de Savary, le Duc est arrêté, emprisonné à Vincennes alors prison d’état. Enghien est jugé promptement et fusillé au petit jour le 21 mars 1804 dans les fossés du château de Vincennes, où il est enterré sans cérémonies. Une simple stèle marque alors l’emplacement de l’exécution.

Le Tombeau du Duc d’Enghien

A la Restauration, le roi Louis XVIII fait exhumer les restes du Duc et ériger un tombeau pour ce Prince du Sang, victime à ses yeux d’un assassinat politique. Le tombeau monumental est réalisé par Pierre Louis Deseine, il est installé dans la nef de la Sainte Chapelle de Vincennes, contre le mur du chevet. Style néoclassique, pompeux, un peu lourd, je vous laisse juges.

 

Sur les traces du Duc d’Enghien

En 1853, Napoléon III fait déplacer le tombeau dans le petit oratoire qui jouxte la Chapelle. Il voulait vraisemblablement faire oublier les conditions troubles de l’exécution du duc et n’appréciait pas la place qui lui était donnée. Le monument est aujourd’hui toujours à l’étroit dans la petite chapelle adjacente à la nef, il semble vouloir y pousser les murs.
Mais revenons à la personne du Duc d’Enghien.


Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d’Enghien

Louis-Antoine de Bourbon-Condé est né en août 1772 à Chantilly. Il est le fils unique de Louis, prince de Condé. Louis-Antoine est baptisé, le 17 mai 1785, en présence de la famille royale en la chapelle du château de Versailles par l’évêque de Senlis. Son parrain est le roi Louis XVI, sa marraine Marie-Antoinette. Bigre !
En 1789, Louis-Antoine, qui a dix-sept ans, rejoint l'Armée des Emigrés à Coblence. Comme ses proches, il souhaite marcher sur la France pour rétablir la royauté.
En 1792, le duc d'Enghien prend la tête de l' Armée Royale française qui sera mise en échec par les Révolutionnaires. Louis-Antoine se réfugie alors à Ettenheim, au Pays de Bade, non loin d’Obernai.

 

Le Duc d'Enghien

Le Duc d'Enghien

Le duc d’Enghien à Ettenheim

En mars 1804, Louis-Antoine a 32 ans. Son engagement ‘royaliste’ reste probable, mais nous sommes loin des premiers feux de 1789. Le Duc d’Enghien a grandi. Ses projets de mariage avec Caroline de Bade n’ont pas abouti, et Louis-Antoine coule des jours heureux avec la femme qu’il aime : Charlotte de Rohan-Rochefort.

 

Le Prinzenschlössle à Ettenheim
Le Prinzenschlössle à Ettenheim

Le Prinzenschlössle à Ettenheim

C’est la raison pour laquelle nous le retrouvons ce mois de mars, en Allemagne, à Ettenheim. Charlotte y possède une charmante demeure, le ‘Prinzenschlössle’ qu’elle tient de la famille de Rohan. Les amants vivent là, tranquillement depuis trois ans déjà. Ils sont sans doute loin de s’attendre au drame qui va survenir.
Le 15 mars, sur ordre du général Ordener, le régiment des 22ème dragons franchit le Rhin à Rhinau. Quelques dix kilomètres les mènent jusqu’à Ettenheim. Louis-Antoine est réveillé, tiré du lit, enfermé à Strasbourg puis transféré à Vincennes le 20 mars. Il sera fusillé le lendemain.

 

Charlotte de Rohan-Rochefort

Charlotte de Rohan-Rochefort

Charlotte de Rohan avait cinq ans de plus que Louis-Antoine. Après la mort de son amant, elle vécut encore 37 ans, sans songer à se marier.
Mais pourquoi Charlotte de Rohan habitait-elle à Ettenheim ?

Les Rohan, le Collier de la Reine et Ettenheim

Du temps du Saint Empire, l’évêché de Strasbourg s’étendait sur les deux rives du Rhin, en Alsace, certes, mais aussi sur le Pays de Bade. Aussi les évêques de Strasbourg furent ils possessionnés de part et d’autre du Rhin. Ettenheim comme Strasbourg, Saverne, Mutzig, Epfig avait son palais épiscopal…qui devint un jour le palais des Rohan.

Certes les Rohan sont une famille originaire de Bretagne. Plusieurs membres de cette famille devinrent cependant évêques de Strasbourg. Le plus connu d’entre eux est Louis-René-Edouard de Rohan, Cardinal de la Sainte Eglise, Evêque et Prince de Strasbourg, Landgrave d’Alsace, Commandeur de l ‘Ordre du Saint Esprit, Proviseur de la Sorbonne, Grand Aumônier de France. C’est vous dire que c’était quelqu’un !
Si nous nous souvenons de lui aujourd’hui, ce n’est pas à cause de ses nombreux titres mais plutôt pour sa triste ‘mésaventure’ lors de l’affaire du Collier de la Reine.

 

Copie du Collier de la reine

Copie du Collier de la reine

Cet évêque, galant, souhaite offrir à Marie Antoinette une breloque de diamants. En fait, il se fait rouler dans la farine par une bande d’escrocs de haut vol. Le collier est détourné par une fausse Comtesse de Valois, Cagliostro fait des siennes et la Reine est compromise. L’affaire tourne au scandale. Et Louis XVI, tout en finesse, fait arrêter le Cardinal en habits liturgiques au beau milieu de la Galerie des Glaces du Palais de Versailles devant la Cour. Il le fait embastiller derechef. Louis XVI donne ainsi à cette affaire un éclat dont la famille royale ne se remettra pas.
Ne lisait-on pas lors du procès ce charmant quatrain sur les murs de Paris.


Louis, si tu veux voir
Bâtard, cocu et putain,
Regarde en ton miroir,
La Reine et le Dauphin.

L’histoire est bien connue. Le procès fait rire toute l’Europe aux dépends du Roi et se termine par la relaxe de notre évêque, qui doit cependant rembourser le collier évaporé au bijoutier filouté. N’était-il pas garant de la vente ?
Louis de Rohan est chassé de la Cour, où il ne reviendra plus. Un temps à la Chaise-Dieu, il regagne Strasbourg, où la Révolution le surprend. Peu porté sur la défense des pauvres gens, l’évêque de Strasbourg gagne alors Ettenheim. C’est là qu’il mourra et qu’il repose sous les ors de l’église baroque dédiée à Saint Bartholomé.

Note : Ettenheim mérite une visite. La petite ville baroque est très agréable avec ses ruelles pittoresques. le Musée Municipal possède des portraits de Louis-Antoine et de Charlotte.

Eglise Saint Bartholomé à Ettenheim
Eglise Saint Bartholomé à Ettenheim
Eglise Saint Bartholomé à Ettenheim
Eglise Saint Bartholomé à Ettenheim

Eglise Saint Bartholomé à Ettenheim

Charlotte, maîtresse du Duc d’Enghien, était la nièce de Louis de Rohan.

Merci à Elsa et François qui m’ont mené à Vincennes sur les traces du Duc d’Enghien

 

Sur les traces du Duc d’Enghien
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article