Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Qui était le moine de Mittelbergheim ?

15 Décembre 2017 , Rédigé par PiP vélodidacte

En 1965, lors de travaux de rénovation, un habitant de Mittelbergheim découvre une pierre tombale. Celle-ci est fendue en deux parties dans le sens de la longueur : une moitié servait de marche dans l’escalier de la cave de cette maison de viticulteur (1585). La seconde partie était utilisée comme linteau de porte ! La dalle fut heureusement reconstituée, elle est visible aujourd’hui dans la cour du vigneron Armand Gilg, en haut du village. C’est la dalle funéraire d’un moine.

La pierre tombale de Mittelbergheim

Le moine porte un livre dans sa main gauche et sa dextre est posée sur sa poitrine. Il est vêtu d’une longue robe et d’une chasuble taillée en pointe. Il porte un capuchon.

 

Qui était le moine de Mittelbergheim ?

Le visage est surprenant. Front dégarni, oreilles décollées, une barbe légère semble garnir le menton. Le regard reste vide, inexpressif. Les globes oculaires sont saillants, les paupières sont dessinées et, seule, la pupille n’a pas été sculptée. C’est sans doute l’explication du mal être ressenti.
L’homme repose dans une niche présentant une moulure. L’ensemble a une forme de cercueil , en trapèze. La pierre est du grès rose.
On s’attendrait à trouver sur les aplats de la dalle une inscription, une date. Mais non, la sculpture reste muette. Qui était le moine de Mittelbergheim ?

Tentative de datation

La sculpture est romane. Simplicité, rendu des drapés, aucun doute à ce sujet. Pour dater plus exactement cette pierre, Roger Lehni a recherché les tombes de la même époque qui nous sont connues en Alsace et dans le sud de l’Allemagne. Citons le tombeau de Gottschalk de Diepholz, évêque d’Osnabrück de 1110 à 1119. Même position des mains, même niche, même regard. Vêtements similaires quoique plus riches pour cet évêque. La sculpture est également plus fine.

 

Qui était le moine de Mittelbergheim ?

Sur la partie droite de l’image, Guy de Chaumousey, mort en 1182 ( Musée d’Epinal). Même style, position légèrement différente et plus élégante de l’évêque, et surtout mêmes vêtements sacerdotaux.
Nous ne pouvons que confirmer les conclusions de monsieur Lehni, le moine de Mittelbergheim a été enterré au 12ème siècle.
Puisque nous en sommes aux comparaisons, plus proche de nous, nous avons sur le Mont-Sainte-Odile une représentation de Saint Léger sur la stèle exposée dans la galerie du cloître.

 

Qui était le moine de Mittelbergheim ?

Là encore, les similitudes sont frappantes en ce qui concerne le vêtement et le rendu de celui-ci. La stèle du Mont est datée de la fin du 12ème siècle par la plupart des spécialistes. (Voir notre article : Stèle du Mont-Sainte-Odile)


D’où provient cette pierre tombale ?

Le portail de monsieur Gilg porte la date de 1572. La maison où on a retrouvé la dalle 1585. On peut supposer que c’est à cette période que la dalle a été déplacée. Nous sommes au début de la Réforme. Nombre de monuments religieux passent aux mains des Protestants qui n’apprécient guère les représentations des humains qu’il s’agisse de tableaux ou de statues. Le deuxième commandement des Tables de la Loi, dans sa version protestante, interdit ces images. La destruction de statues et le réemploi de dalles gravées sont alors courants.
Il est probable que la dalle de Mittelbergheim provienne d’une église ou d’un couvent abandonné à cette époque troublée. Le couvent de Niedermunster est alors une carrière de pierres ! Mais Niedermunster était un couvent de nonnes, et un moine n’y aurait pas été enterré. La tombe du prieur datée de 1512 est à l’écart du couvent, dans la chapelle Saint Nicolas, hors des murs du couvent. Nous écartons Hohenburg pour la même raison.
Il nous reste dans les environs immédiats :

  • la prévôté de Truttenhausen, abandonnée en 1555,
  • l’abbaye cistercienne de Baumgarten, en ruines dès la guerre des Paysans, le Bundschuh, en 1525.
  • le prieuré d’Ittenwiller

 

Qui était le moine de Mittelbergheim ?

Nous sommes donc devant la pierre tombale d’un ecclésiastique mort au 12ème siècle et dont la sépulture a été saccagée lors des troubles de la Réforme. Bigre !

Qui était le moine de Mittelbergheim ?

L’absence de texte sur la pierre peut surprendre. On peut imaginer que le tombeau de notre moine était composé de plusieurs éléments et que seule cette dalle ait été déplacée. Sans doute l’épitaphe était-elle gravée ailleurs que sur la pierre principale. Ou alors notre moine était suffisamment connu pour que son tombeau puisse se passer d’épitaphe.
Seules les personnalités importantes pouvaient alors prétendre à une représentation en gisant sur leur tombeau.
Nous sommes devant le gisant d’un personnage célèbre.
Notre inconnu serait-il un évêque ou un abbé ?
L’article de Roger Lehni évoque deux possibilités.

  • L’évêque de Strasbourg Cunon (1100-1123) était à l’origine de la fondation de l'abbaye de Baumgarten. On ne lui connaît pas de sépulture, il pourrait avoir souhaité être inhumé dans ce lieu qu’il avait contribué à fonder.
  • Le chanoine Conrad fonde le couvent d’Ittenwiller en 1115. On sait qu’il fut inhumé en 1177 dans l’église conventuelle. Sa pierre tombale a pu être déplacée.

Note : Si on penche pour l'hypothèse 'Truttenhausen', la seule personnalité qui corresponde aux dates est le premier prévôt : Wolcmar, 1181-1211, moine augustin de Marbach. Cette possibilité est peu vraisemblable : cinq dalles funéraires ornent toujours la prévôté. Pourquoi aurait-on déplacé une seule pierre? ( pour voir les cinq dalles de Truttenhausen, cliquez sur le lien ).

 

L’article de monsieur Lehni fourmille d’arguments qui peuvent accréditer ou combattre chacune de ces deux thèses. Comme lui, nous nous garderons de conclure. Nombres d’ecclésiastiques éminents de l’époque nous sont aujourd’hui inconnus. L’énigme du moine de Mittelbergheim reste entière.

Nonobstant, allez lui rendre visite dans un des plus beaux villages du vignoble. Et puis laissez-vous tenter. Personnellement, je me suis offert un Pinot Gris – Vieilles Vignes 2014 chez Armand Gilg. Un vin d’exception !

Sources

  • R.Lehni, La pierre tombale romane de Mittelbergheim et la sculpture du XIIème siècle en Alsace, SHABDO 1969.

L’essentiel de mon article est tiré de l’étude de Roger Lehni. Cette étude est fort docte, le lecteur intéressé qui veut en savoir plus, s’y reportera.

Illustrations

  • Photographies, PiP
  • Pierres tombales des abbés Gottschalk et Guy, images Internet
  • Relevé de la stèle de Saint Léger à Hohenburg, J. Pfeffinger, 1812

 

Qui était le moine de Mittelbergheim ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article