Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

La Badstub, source oubliée du Mont Sainte-Odile

17 Juillet 2022 , Rédigé par PiP vélodidacte Publié dans #lieu

Les visiteurs du Mont connaissent tous la fontaine Sainte-Odile, dont l’eau miraculeuse guérit les maladies des yeux. Il n’est pas rare d’y trouver de nombreux promeneurs qui viennent remplir gourdes et bouteilles au petit filet d’eau qui coule du rocher.
Plus rares sont les marcheurs qui savent trouver la fontaine Lucie, la Wolfstahl ou la Trank. Mais connaissez-vous la source de la Badstub ?

La Badstub

La Badstub

Contrairement aux autres points d’eau tous situés sur le versant du Mont qui domine la plaine d’Alsace, la Badstub sourd sur le versant occidental, au milieu de la forêt vosgienne. Perdue, presque oubliée, la Badstub ne reçoit que peu de visiteurs.

La semaine passée, Les Amis du Mont Sainte-Odile, membres de la section locale du Club Vosgien, ont profité du débardage effectué au printemps par les forestiers pour venir toiletter les environs de la fontaine. C’est l’occasion d’en dire quelques mots.

Schéma de situation

Schéma de situation

Le bassin de la fontaine

La source est située au fond du vallon dit ‘Herzthal’. Le petit ruisseau court alors se jeter dans le Vorbach non loin du lieu-dit Saegmuehlmattel, point de départ du sentier qui emmène aux châteaux de Dreistein. Pour nos amis de l’intérieur : ‘Saegmuehlmattel’ signifie ‘la petite prairie de la scierie’.

La Badstub, source oubliée du Mont Sainte-Odile

L’eau de la source, très fraîche, est collectée dans un bassin parallélépipédique muni d’un déversoir. Quatre grandes dalles de grès fin ont été taillées et minutieusement assemblées pour créer le bassin.
Celui-ci est posé à même le socle rocheux, à proximité immédiate de la faille où l’eau surgit.

Le bassin est de dimensions appréciables : il contient près d’un mètre cube d’eau (935 litres)

Relevé - vue de dessus

Relevé - vue de dessus

La face avant

La Badstub, source oubliée du Mont Sainte-Odile

La pierre présente une bonde qui permet de vider et de nettoyer le bassin. Le déversoir en forme de V arrondi permet de remplir un seau posé au sol devant la pierre.

Relevé - face avant

Relevé - face avant

La face arrière

La Badstub, source oubliée du Mont Sainte-Odile

La pierre est directement adossée au talus, elle présente dans sa partie basse deux cavités en forme de n qui assurent l’arrivée de l’eau dans le bassin, qui se remplit donc par le bas.

Relevé - face arrière

Relevé - face arrière

Tenons et mortaises

La Badstub, source oubliée du Mont Sainte-Odile
La Badstub, source oubliée du Mont Sainte-Odile
La Badstub, source oubliée du Mont Sainte-Odile

Les dalles avant et arrière de la cuve présentent deux rainures en creux sur toute leur hauteur. Dans ces rainures, les deux dalles latérales, taillées en conséquence, viennent parfaitement s’insérer, assurant ainsi l’étanchéité du bassin. C’est du beau travail !

Relevé - angle avant droit

Relevé - angle avant droit

La dalle latérale située à gauche lorsqu’on est face à la source a été légèrement soulevée à l’avant du bassin par la poussée d’un arbre trop proche, que nous avons du éliminer.

La Badstub et le Mur Païen

Reprenons un détail du plan de situation présenté plus haut. Nous avons figuré par des points rouges les accès à l’intérieur de l’enceinte du Mur Païen. Le Mur Païen mesure près de 11 kilomètres de long, il s’appuie sur les affleurements de grès (poudingue de Sainte Odile) et protège le sommet du Mont. Cette forteresse reste une énigme quant à son but et à la date de sa construction. La littérature est foisonnante et les théories nombreuses. Certains y voient un lieu de refuge des gens de la plaine en cas d’invasion, d’autres un lieu cultuel. Les dates proposées vont de l’âge de bronze au temps des mérovingiens.

Points d'eau et portes du Mur Païen

Points d'eau et portes du Mur Païen

Quoiqu’il en soit, sur les quelques 120 hectares délimités par le Mur, il n’existait qu’un seul point d’eau : la fontaine Saint-Jean, aujourd’hui tarie ! L’alimentation en eau était bien problématique pour les ‘habitants’, même momentanés, des lieux.
Comme l’indique notre schéma les accès à l’enceinte sont peu nombreux. Deux ‘portes’ surplombent notre Badstub. Au Rocher Saint-Nicolas, il est possible de se glisser dans une fente de rocher, la ‘Felsentor’. Un peu plus éloignée, la porte Koberlé était une autre possibilité pour sortir de l’enceinte et venir à la source.

Gageons que les occupants des lieux avaient ménagé ces deux seules portes sur le versant occidental pour atteindre ce point d’eau dont ils avaient grand besoin.

La Badstub et le château de Dreistein

Plusieurs siècles plus tard, la fontaine de la Badstub a repris du service. Odile est venue créer son couvent de Hohenbourg en place du château fort que lui avait cédé son père le Duc Adalric. Le couvent a gagné en renommée et pris de l’ampleur. Alors, encore quelques lustres plus avant, est venu le temps des châteaux forts. Et selon la bulle du pape Léon IX datée de 1050 et octroyée aux couvents, les châteaux destinés à la protection du Mont ont été érigés à l’extérieur de la forteresse du Mur Païen. A proximité de la Badstub se dressent les ruines des châteaux de Dreistein. (Nous proposons sur notre site de nombreux articles sur les Dreistein.)

Les Dreistein se dressent sur un petit promontoire au dessus du vallon dit Herzthal, où se situe notre source. C’est le point d’eau le plus proche. Sur place, les trois châteaux ne disposaient à notre connaissance que de deux citernes à filtration. Les eaux des toitures étaient recueillies et filtrées dans ces deux dispositifs, comme dans la plupart de nos châteaux vosgiens. Le puisard de la citerne du château oriental est encore bien visible aujourd’hui.

La Badstub, source oubliée du Mont Sainte-Odile

Cet approvisionnement sur site était primordial en cas d’attaque ou de siège des châteaux. Cependant en temps plus calmes, il est vraisemblable que les servants des Rathsamhausen devaient descendre quotidiennement pour la corvée d’eau la Badstub. Sans doute suivaient ils déjà le sentier aujourd’hui balisé d’une croix rouge que le Club Vosgien entretient pour les randonneurs.

La mise en place du petit réservoir de la Badstub avec le dispositif du déversoir pour remplir les seaux a du se révéler bien utile au moyen âge.

 

Nota : Badstub peut se traduire par cabine de bain. Ce nom actuel de la source peut s’expliquer par la forme du bassin. Si d’aventure quelqu’un voulait s’y baigner réellement…. ‘Ouh ! Elle est froide !’

Les travaux des Amis du Mont Sainte Odile

Après les travaux forestiers du printemps, les chemins étaient en piteux état à proximité de la source. Les A.M.S.O.  sont venus poser une passerelle de rondins au dessus du ruisseau sur le chemin des Dreistein. Le sentier a été recréé sur quelques dizaines de mètres avec des pierres de soutènement. Les environs de la fontaine ont été dégagés.
La fontaine elle-même a été vidée et curée. Nous avons profité de ces travaux pour effectuer les relevés présentés dans cet article.

Nota : lorsque vous êtes assis sur le banc posé par les A.M.S.O, loin devant vous, sur la crête, vous pouvez discerner le donjon du Dreistein occidental.

Les A.M.S.O au travail (et en pause)
Les A.M.S.O au travail (et en pause)
Les A.M.S.O au travail (et en pause)

Les A.M.S.O au travail (et en pause)

Les A.M.S.O sont fort sympathiques !

Rejoignez les Amis du Mont Sainte-Odile !

Sources
Les résultats des A.M.S.O.
Les résultats des A.M.S.O.
Les résultats des A.M.S.O.

Les résultats des A.M.S.O.

Illustrations
  • Schémas et relevés, PiP
  • Photos aériennes, EtF
  • Photos, A.M.S.O.
 

Merci aux Amis du Mont Sainte-Odile
pour leur engagement et la qualité du travail accompli.
Merci à Gaby, Jean-Marie et Jean ! Quelle belle journée !

Prenons un peu de hauteur... Merci à Etienne Fritsch (photos, drone)

Prenons un peu de hauteur... Merci à Etienne Fritsch (photos, drone)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
À l'époque ou j'habitai la maison forestière Rathsamhausen, je venais souvent à cette endroit avec mon père. Un peu plus loin dans la vallée, on appelait ça la 'Schnack", un monsieur de Meistratzheim y déposait ses ruches pour récolter du miel. Félicitations pour la remise en valeur de ce lieu !
Répondre
P
merci Maurice, c'était sympa de te croiser ces derniers jours !
W
Encore un excellent article PiP !
Répondre
G
Merci pip excellente explication de cette source méconnue et pourtant merveilleusement située dans ce vallon du Hertzthal..
Répondre